lundi 29 juin 2015

Une dernière danse de Victoria Hislop

Editions Le Livre de Poche, sortie 06 mai 2015 -  624 pages 
disponible ici



Quand elle arrive à Grenade pour y prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une conversation avec le patron du café El Barril va la plonger dans la tragique destinée de la famille Ramírez : soixante-dix ans plus tôt vivaient dans ces lieux trois frères aux idéaux opposés, veillant jalousement sur leur sœur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis que celle-ci tombe amoureuse du guitariste gitan qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ? Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer que sa propre existence en sera bouleversée...



Je tiens à remercier les éditions Livre de Poche pour ce SP !

Je viens de finir la lecture de ce roman et j'en suis encore toute retournée !

Nous suivons le voyage de Sonia, partie à Grenade pour suivre des cours de salsa.
Au cours de son périple, elle découvre un petit bar "El Barril" vers lequel elle se sent inexplicablement attirée. Elle y fait la connaissance de Miguel, le patron du café, qui se met à lui conter la vie de la famille Rodriguez, ancienne propriétaire des lieux  dans les années 1930.
Famille qui connut, comme des centaines d'autres familles espagnoles, un destin tragique au cours de la guerre civile d'Espagne.

Le récit que va lui faire Miguel est plein de passion, d'amour, de lutte, de souffrance, de déchirement, de deuil, de trahison et va bouleverser à jamais la vie de Sonia.

J'ai été tout d'abord attirée par le thème évoqué dans ce roman: la Guerre d'Espagne.
Ma grand-mère, espagnole d'origine, y vivait à l'époque et y a donné naissance à ma mère en 1937, en pleine guerre civile.
J'étais donc curieuse d'en apprendre un peu plus sur cette période tragique qui, je dois bien le reconnaître, est plutôt méconnue.
Puis, quand j'ai vu le nombre de pages (quand même plus de 600 !), j'ai eu comme un doute : parviendrais-je à aimer et à finir un livre qui parle de guerre pendant autant de pages ? 
Et bien....la réponse est OUI ! Mille fois oui ! Une fois commencée, vous êtes happé par l'histoire et vous ne pouvez plus le lâcher, je l'ai d'ailleurs fini en une petite journée, c'est vous dire !

L'histoire de ce peuple fier qui a souffert au cours de cette guerre civile qui a déchiré des centaines de famille, décimé des villes entières sous les ordres d'un seul homme ne peut que nous émouvoir.
Des frères, des proches se sont retrouvés ennemis dans cette guerre entre nationalistes et républicains.
Une guerre qui aura coûté la vie à plus de 500 000 personnes et provoqué l'exil de 500 000 autres.
Le flamenco qui est l'un des fils conducteurs du récit, nous fait découvrir une danse (gitane), que Mercedes, fille de la famille Rodriguez, bien que n'étant pas gitane elle-même, a dans le sang. Elle a le "duende", le "don" qui fait d'elle une danseuse hors pair.
Car le flamenco n'est pas qu'une suite de pas et de mouvements. Non, non....c'est beaucoup plus que cela ! 
C'est une danse qui vient du plus profond de son âme, on la danse avec ses tripes, ses sentiments.
Par ce moyen, les danseurs parviennent à faire ressentir, à communiquer, à partager leurs émotions : la souffrance, la colère, la douleur mais aussi la passion et le désir.

Ce récit est tout simplement bouleversant... magnifique mais bouleversant !
Nous sommes tenus en haleine par l'histoire de cette famille, nous vivons, nous partageons les tragédies subies au cours de cette guerre.

Un récit sublime qui ne pourra que vous émouvoir et un véritable coup de coeur pour moi !!!
http://www.livredepoche.com/