dimanche 28 février 2016

Chair de poule Le roman du film de R.L.Stine

 éditions Bayard Jeunesse, 27 janvier 2016, le roman 144 pages, ici 



Zach Cooper quitte New York avec sa mère pour emménager dans la petite ville de Madison, ce qui est loin de l’enchanter ! Mais bientôt il fait la connaissance de sa jeune et jolie voisine, Hannah, et l’avenir apparaît plus radieux…
Malheureusement le père d’Hannah, M. Shivers, homme très antipathique, lui interdit de s’approcher de sa fille. Jusqu’au jour où Zach entend des cris dans la maison de Shivers. Inquiet pour Hannah, il décide avec son copain Champ de pénétrer dans la maison et découvrent une bibliothèque remplie de livres Chair de poule scellés. Ils comprennent que Shivers n’est autre que R. L. Stine, le célèbre auteur de romans d’épouvante… En ouvrant les livres, ils vont libérer l’abominable homme des neiges de Pasadena… 

**Merci à Bayard Éditions pour ce roman**

Zach emménage dans la petite ville de Madison, une ville qui lui semble bien tranquille par rapport à New York. 
Mais cette impression de tranquillité va vite laisser la place à une ville où des monstres en tout genre, de l'abominable homme des neiges à la mante religieuse géante en passant par les nains de jardins particulièrement agressifs, n'ont qu'un seul et même but : dévorer le plus de gens possibles !!

Comme tout le monde, j'avais déjà entendu parler de la série Chair de poule en romans (plus de 125 à ce jour) et de la série télé mais sans jamais vraiment m'y intéresser. La sortie du film a été l'élément déclencheur.

Je dois reconnaître que le roman du film ne m'a pas transcendée, il n'y a pas vraiment d'histoire, de suspense, de recherches. Il y est simplement question de toutes (enfin plutôt d'une partie) des créatures maléfiques créées par R.L. Stine dans ses différents romans dirigés par le flippant et machiavélique pantin de bois, Slappy.

On a l'impression que tous les éléments ont été pris, secoués dans un shaker et lancés sur papier.
En fait, cela ressemble plus à un scénario qu'à un véritable récit.
Le film en lui-même, avec les moyens techniques actuels, doit être un chouette moment de cinéma : action et effets spéciaux assurés mais ce roman qui se lit très vite (une heure pour ma part) est un amuse gueule qui nous incite à aller découvrir l'histoire sur grand écran.


http://www.faismoipeur.fr/