dimanche 29 mai 2016

La vie rêvée d'Ève T1, La fuite d'Anna Carey

Pocket Jeunesse, 21 mai 2015 - Grand Format 256 pages
Disponible en eBook


USA 2032. Seize ans après qu'un virus mortel a décimé la Terre, hommes et femmes vivent séparés. Ève, 18 ans, n'a jamais quitté l'enceinte de son école. Elle pense qu'un avenir radieux l'attend, jusqu'à ce qu'elle découvre la terrible vérité : les jeunes diplômées sont enfermées dans une clinique où elles enchaînent les maternités pour repeupler le monde dévasté. Horrifiée, Ève s'enfuit. Commence alors un voyage solitaire et périlleux à travers la Zone, où elle doit éviter les chiens sauvages et les hommes qui la terrifient. Jusqu'au jour où elle rencontre Caleb, un jeune rebelle qui gagne peu à peu sa confiance... puis son coeur. Mais dans ce monde ravagé, l'amour est un luxe qu'Ève ne peut se permettre. Sauf à le payer très cher.

Nous sommes dans un futur proche, la peste a décimé la quasi-totalité de la population. 
Ève, notre héroïne et narratrice de ce récit, avait cinq ans lorsque la peste a emporté sa mère, la laissant orpheline. 
Depuis, elle a été accueillie au sein d'une École affiliée à la Cité des Sables (le nouvel Eldorado des humains). La réglementation y est très stricte. Les garçons, considérés comme la lie de la Nouvelle Amérique (le roi faisant exception), sont exclus de cette école. Seules les orphelines ont droit à l'instruction et au savoir. On leur enseigne dès leur plus jeune âge à se méfier des hommes et à éviter tous rapports avec eux. 

Ève est à la veille de sa remise de diplôme. Un jour grandement attendu, après treize années de discipline et d'instructions acharnées. En tant que meilleure élève de sa promotion, elle se doit d'être encore plus parfaite ce jour-là... Voilà pourquoi quand elle voit Arden, le mouton noir de l'école, s'éclipser en douce, elle la suit s'attendant à ce qu'elle mijote (encore) un mauvais coup. Prise sur le fait, Arden lui révèle ce que deviennent les Diplômées et ce qu'est en réalité cette École : les Diplômées sont destinées à devenir des pondeuses. On les parque de l'autre côté de la rive, dans un grand bâtiment, où elles sont attachées et inséminées de force, enchaînant grossesse sur grossesse. Voilà le but de cette École, et le projet de la Nouvelle Monarchie. Les orphelines servent bien à la reconstruction de la population, mais pas comme elles l'imaginaient. 
Arden en fuite, Ève se retrouve seule face à cette nouvelle réalité. Avec l'aide d'une professeure, elle parvient elle aussi à s'échapper, mais tout son savoir lui est bien inutile une fois livrée à elle-même dans la Zone. 
En dehors des grillages de l'École, Ève ne connaît rien à la vie. Elle a peur de tout... des animaux sauvages, des gangs, des hommes qui pourraient croiser sa route etc... et elle s'avère être une piètre élève concernant les bases élémentaires de la survie. 
Son unique certitude : elle doit avancer et rejoindre Califia, un camp qui pourra lui venir en aide.

Suivre Ève est un régal. Cette jeune fille, pourtant hyper intelligente, ressemble à un chaton égaré une fois en pleine nature. 
Elle a un avis bien tranché (dû à son éducation à l'École) sur tout, en particulier sur les hommes qu'elle considère tous comme des monstres. Et bien évidemment lorsqu'elle en rencontre un en vrai, cela donne une scène des plus cocasses. 
Car sur sa route, elle fera la connaissance de Caleb, un jeune garçon de son âge, plutôt beau gosse sous sa couche de crasse, mais surtout très gentil. Au fil des jours, ce dernier va réussir à ouvrir les yeux à Ève, à lui prouver qu'on lui a diabolisé les hommes, qu'ils ne sont pas tous mauvais et que hommes et femmes peuvent s'entendre, voire même s'aimer. 
C'est à la fois super attendrissant, mais parfois aussi très drôle, de voir l'évolution d'Ève. 

Même si le roman est court, il va à 100 à l'heure. Il est rythmé, entraînant, avec beaucoup de révélations et de rebondissements. J'ai beaucoup aimé !! Et comme la fin est un crève cœur, il me tarde vraiment de lire le tome 2.



2 commentaires:

  1. Je pense qu'il pourrait bien me plaire !

    RépondreSupprimer
  2. Le résumé me fait penser à tellement d'autres dystopies que je ne suis pas du tout tentée!

    RépondreSupprimer