mardi 15 novembre 2016

Au pays de l'Ailleurs de Tahereh Mafi

Michel Lafon, 13 octobre 2016 - Grand Format 396 pages
Disponible en eBook

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood. Car Ferenwood est un monde éclatant de couleurs, révélatrices d'un don magique. La blanche Alice n'a donc apparemment aucun don, aucun intérêt : les habitants de ce lieu en ont fait une paria. 
Aussi lorsque son père, la seule personne qui lui témoigne de la bienveillance, disparaît soudainement, la jeune fille n'a-t-elle plus qu'un seul but : le retrouver. 
Pour cela, elle va devoir explorer la mythique et dangereuse contrée un peu plus loin que l'horizon... Elle part avec Oliver, un compagnon de route dont le talent magique consiste à pouvoir tromper son monde. Ce don leur sera-t-il utile Là-bas, un univers sans pitié peuplé de créatures effroyables où rien n'est ce que l'on croit, où les pièges pullulent ? Alice elle-même devra reprendre confiance et utiliser des pouvoirs cachés que nul n'avait décelé chez elle. Reverra-t-elle son père et pourra-t-elle enfin mettre des couleurs sur sa vie ?

Ce livre est un ovni dans son genre. Inclassable, incomparable et époustouflant d'originalité.
Tahereh Mafi frappe encore fort avec ce one shot (tome unique).

Cela commence par le style de narration. Ceux qui ont lu sa série Insaisissable le savent, Tahereh a une plume unique qui se démarque vraiment des autres écrivains.
Ici, elle nous surprend encore car ce récit, elle nous le conte. C'est l'auteure elle-même qui nous raconte cette aventure d'un point de vue omniscient. Elle voit tout et sait tout et nous prend souvent en aparté.
Exemple : 
Je n'ai pas voulu le préciser plus tôt, mais Oliver Newbanks se tenait juste à la gauche de notre Alice depuis quatorze minutes, avant qu'il s'avance enfin et lui tire la natte. 
J'en profite pour signaler qu'Alice réagit en le pinçant très, très fort. 

Passé l'effet de surprise de ce style - particulier - de narration, nous sommes percutés de plein fouet par une autre surprise : l'univers très coloré de ce récit
Nous plongeons dans un monde sucré, vif, vraiment très enchanteur : Ferenwood, un petit village où les habitants cultivent la magie. Tous sont dotés d'un pouvoir et cette magie naît de la couleur. 
Alice Queenmeadow, notre héroïne, est une jeune fille de 12 ans au caractère bien trempé. Depuis sa naissance, Alice est différente. Alors que tout autour d'elle n'est que couleur, elle n'en a pas ! Ses cheveux sont de craie, sa peau de lait, ses yeux d'un miel délavé... Elle dénote à Ferenwood et son manque d'éclat ne passe pas inaperçu et fait d'elle un "vilain petit canard". 
Et puisque la magie est liée à la couleur, c'est une évidence pour tous qu'Alice ne possède aucune aptitude. Bref, Alice est bien seule mais espère quand même prouver à tous ses talents, surtout à sa mère, dont les rapports se sont dégradés à la disparation de son père. 
Cela fait 3 ans maintenant que ce dernier a disparu sans laisser de trace. Une disparition inexplicable à Ferenwood. Et c'est grâce à l'aide inattendue d'Oliver Newbanks, un garçon de 13 ans, manipulateur et menteur, qu'Alice déteste plus que tout, que cette dernière va être embarquée dans une  grande aventure à la recherche de son père...

L'univers créé ici est un bric-à-brac de tout et n'importe quoi. La créativité de Tahereh n'a pas de limites ! Et c'est justement peut-être là où le bât blesse. 
Si j'ai été totalement séduite par le style d'écriture, je le redis encore une fois, unique de l'auteure, je trouve que niveau imagination, elle a un peu abusé. J'ai eu l'impression d'avoir pris du LSD, ou autre drogue 😜 en lisant ce roman. Ne manquaient plus que les petits schtroumpfs et éléphants roses...
À partir du moment où Oliver et Alice débarquent dans le pays de l'Ailleurs, l'histoire part un peu en cacahuète et j'ai eu beaucoup de mal à suivre. Je pense que l'auteure en a trop fait et s'est peut-être un peu perdue en chemin... Pourtant au départ, j'ai vraiment bien accroché au monde de Ferenwood, leur mode de vie, leurs personnages atypiques et colorés. C'était doux et aussi sucré qu'un bonbon. 
La fin m'a également déçue, car bien trop facile !! En deux pages (à peine) tout est réglé ! Dommage.

En bref ? Au pays d'Ailleurs est une histoire jeunesse, narrée sous forme de conte. Avec du bon, du très bon même, et du beaucoup moins bon. À vous de vous faire votre propre opinion, pour ma part, je suis à la fois mitigée et charmée 😊