dimanche 26 février 2017

La bonne fortune d'Elisabeth Wellington de Robin Lee Hatcher

 Archi Poche éditions, 4 janvier 2017, 347 pages, disponible au format papier et numérique






À bord du paquebot qui l'emmène en Amérique, Elisabeth Wellington peine à croire en sa vie nouvelle. Après le décès inattendu de son père, qui la destinait à épouser le duc d'Altberry dans l'espoir d'éponger ses dettes, elle a décidé de quitter l'Angleterre. Libre désormais de tout engagement, elle se rend, pleine de rêves et d'espoirs, dans le Montana, où elle se destine à devenir institutrice. Pourtant, à la fin du XIXe siècle, c'est une région encore peu peuplée, où les conditions de vie sont rudes. Qu'importe ! Elisabeth est prête à tout. Il n'y a cependant un obstacle qu'elle n'aurait jamais imaginé. Et celui-ci porte le nom d'un homme : Garrett Steele. Pourquoi se montre-t-il si froid, si farouche, face à la jeune et audacieuse Elisabeth ? Elle qui est pourtant l'institutrice de sa fille Janie. On connaît l'adage : « Fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis ». Alors quand des sentiments naissent d'un terreau si aride, la passion peut prendre les formes les plus inattendues...  


Au lendemain du décès de son père et pour fuir un mariage dont elle ne veut pas, Elisabeth Wellington décide de partir pour le Montana.
Pourquoi le Montana ? Parce qu'elle entretient une correspondance suivie avec Janie, une adorable gamine de 10 ans qui lui a dépeint sa vie et sa demeure et qui l'a invitée à lui rendre visite.
Elisabeth profite donc de cette invitation mais quelle n'est pas surprise lorsqu'elle découvre LA maison qui s'avère être une simple maison de rondins.
Mais qu'importe, accueillie à bras ouverts par Janie pour qui elle se prend d'une sincère affection, elle décide de rester et de postuler au poste d'institutrice du village.
Mais Garret, le père de Janie, l'accueille avec une hostilité à peine voilée, plongeant la jeune femme dans un abime de perplexité, celle-ci ne comprenant pas le pourquoi d'une telle attitude.
C'est en plongeant dans le passé de Garett qu'Elisabeth découvrira le pourquoi de cette animosité.
Mais Garett n'est pas le seul à lui faire mauvais accueil : il y a les soeurs Homer, Amelia et Patsy, deux vieilles filles acariâtres, médisantes et jalouses.
Amelia déteste encore plus Beth car elle voit en elle une rivale, persuadée qu'elle est de pouvoir mettre le grappin sur Garett depuis la mort de Muriel, sa femme.
Et lorsqu'Owen, le banquier de la ville, tombe sous le charme de la ravissante anglaise, c'est la seconde soeur, Patsy, qui voit en elle un danger.
Elles ne reculeront devant rien pour tenter de nuire à la jeune femme.
Mais malgré la froideur de Garett, Beth finit par succomber non seulement au charme du Montana mais aussi à celui de cet homme, à l'aspect rude mais qui adore sa fille.
Parviendra-t-elle à lui faire oublier sa première femme décédée ? Rien n'est moins sûr !
Et pourtant ...Qui peut nous dire ce que nous réserve le destin ?


Elisabeth est une jeune femme courageuse, elle n'hésite pas à tout quitter (même s'il ne lui reste pas grand chose) pour recommencer une nouvelle vie en Amérique. Fuyant un fiancé violent, elle arrive dans le Montana où elle parviendra à se faire accepter de la communauté par sa gentillesse, sa serviabilité, sa bonne humeur et sa générosité. Et malgré ses origines aristocratiques, la jeune femme reste très simple et modeste. La situation sociale compte bien moins à ses yeux que les individus.
Janie, adopte immédiatement la jeune femme qui lui rend bien son affection.
Garett est un homme qui n'a pas été épargné par la vie mais qui adore sa fille. Il est, dès le départ, hostile à l'arrivée de Beth. D'une part, il est quelque peu jaloux de l'intérêt que porte sa fille à Beth et de l'autre, son passé douloureux fausse un peu (et même beaucoup) son regard sur la jeune femme.
Les soeurs Homer, c'est un  peu ça :


Deux vieilles filles mesquines et jalouses, qui prennent leurs rêves pour des réalités et qui n'admettent absolument pas que c'est leur attitude et leur malveillance qui les rendent antipathiques. 

Mais que voilà une belle histoire ! Pleine de bons sentiments, d'amour, d'intrigues et qui se lit avec plaisir.
Une lecture simple, sans prise de tête mais qui fait du bien et qui nous entraine au coeur de somptueux décors pour suivre le destin, hors du commun, d'Elisabeth Wellington, une jeune anglaise aventurière.



http://www.archipoche.com/livre/la-bonne-fortune-delisabeth-wellington/



http://amzn.to/2lJ7NnW