samedi 18 février 2017

The Team #2, Addiction de Lynda Aicher

Harlequin &H, 04 janvier 2017 - Grand Format 370 pages
Disponible en eBook


Une dose de testostérone, un soupçon de drame et une tonne d’émotion, ce nouvel opus de la série The Team donne une toute nouvelle profondeur à l’archétype du sportif très sexy.
Et si l’amour était la pire des drogue ?
Un cachet pour la douleur, un pour patiner plus vite, puis un autre pour oublier… Scott ne saurait dire depuis combien de temps c’est devenu son quotidien. Trop, sans doute. Mais c’est un bien faible prix à payer pour tenir son rôle de capitaine de l’équipe des Minnesota Glaciers. Le hockey, c’est toute sa vie, son oxygène… jusqu’à sa rencontre avec Rachel Fielding. Rachel est belle, libre, excitante. Rachel lui donne envie de croire qu’une autre vie est possible. Mais peut-il vraiment changer ? Sans les cachets, il ne peut pas jouer. Et sans le hockey, il ne sait plus qui il est…

Dans ce deuxième opus, nous sommes toujours avec les membres des Glaciers, mais cette fois-ci avec l'attaquant centre de cette équipe de Hockey, Scott Walters, 34 ans

Suite à une blessure au genou, Scott se nourrit d'antidouleurs. Un cachet par-ci, un cachet par-là, et sans s'en rendre compte, cela est devenu une routine... une addiction. 
Pour rester au meilleur de sa forme et voir son contrat se renouveler, il n'a pas le choix. Le Hockey, c'est toute sa vie. Prendre sa retraite sans avoir remporté la coupe du championnat est impensable, il est si près du but. 
Malheureusement pour lui, son corps le trahit de plus en plus. Son avenir au sein des Glaciers est incertain et quand le couperet tombe, c'est un énorme coup dur pour notre héros. 

Lors du mariage d'un de ses coéquipiers, Scott a fait la rencontre d'une magnifique femme de 35 ans, Rachel Fielding. Cette prof de maths, pas vraiment férue de hockey, pourrait être la seconde chance de Scott. Et si c'était elle son avenir ? 

Je sais que nombreuses sont celles qui ont adoré ce roman, malheureusement je n'en fais pas partie. 

Déjà dans le premier volet, j'avais émis un bémol concernant le choix de narration de l'auteure (une narration à la troisième personne). Là encore, je suis gênée par l'écriture de Lynda Aicher. Si je reconnais facilement que sa plume est maîtrisée, fluide et moderne, elle ne me touche pas (je trouve ça sans vie, sans âme), et c'est bien ça le problème. 
Au départ, je pensais que ce sentiment, ce détachement que je ressentais, était dû uniquement au choix narratif, mais non, cela va bien au-delà. C'est trop impersonnel et les émotions - quelles qu'elles soient - ne m'atteignent pas. 

J'ai lu ce roman sans le lire vraiment, mon esprit gambergeant ailleurs. Alors même si l'histoire est vraiment bien amenée, qu'elle tient la route, que le sujet de l'addiction est bien traité... tout cela m'a laissée de marbre. Personnages et scènes de sexe compris. 
J'avoue même avoir fini ce roman en diagonale, pressée de passer à autre chose. 

Bien évidemment, cet avis n'engage que moi, et comme je le disais plus haut, les autres avis sont extrêmement positifs, donc, un conseil : lancez-vous pour voir. 

En bref ? Il y a des styles d'écriture auxquels on adhère, et d'autres non. C'est bien dommage, mais cette série s'arrêtera là pour moi, je ne lirai pas la suite. 

Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente