dimanche 20 août 2017

Destiny - Tome 1 de Cecelia Ahern

Hachette Romans, 17 mai 2017 - Grand Format 396 pages
disponible en eBook

Parfois, il faut choisir l’imperfection pour être Parfait.

Dans le monde de Celestine North, chaque citoyen doit être Parfait. Quiconque commet la moindre erreur se voit marqué du sceau de l’Imperfection. 
Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.
Pour qui a menti : la langue.
Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.
Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.
Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit. 
Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société.
Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?

Notre héroïne et narratrice de ce roman, Celestine North, est une jeune fille de 17 ans, bien sous tous rapports. Une jeune fille parfaite. 
Elle reflète à merveille l'idéologie de sa nation où le maître mot est : Perfection. 
Chaque citoyen se doit d'être parfait, s'il dévie ne serait-ce qu'une fois du chemin, prend ne serait-ce qu'une  seule mauvaise décision, il sera alors estampillé Imparfait. On le marquera au fer rouge pour que tous puissent voir son déshonneur et son imperfection. 
Selon la loi de la Guilde, organisme tout-puissant qui juge ces manquements à la perfection, le condamné sera marqué selon son crime, soit sur la tempe, la main, le pied, la poitrine ou encore la langue. 
Celestine, elle, n'a pas de soucis à se faire. Elle est sage, disciplinée, bonne élève etc.. Et, de surcroît, elle est la petite amie d'Art, le fils du juge Crevan, le plus haut dirigeant de la Guilde
Celestine ressent, comme chaque citoyen Parfait, une répulsion viscérale face aux Imparfaits. Comme si se tromper pouvait être contagieux... 
Bien heureuse, elle mène une vie paisible au sein de sa famille. Un cocon douillet et protecteur. 
Jusqu'au jour où sa voisine, amie de la famille, se fait arrêter par les siffleurs (la milice de la Guilde). Cette gentille femme qui n'a jamais fait de mal à une mouche, qui, hier encore, était Parfaite, est devenue une Imparfaite, une paria rejetée par la société. 
Il faut savoir que les règles en vigueur contre les Imparfaits sont très strictes. Et le marquage au fer rouge n'est que la partie imergée de l'iceberg. Celestine, qui n'y avait jamais songé auparavant (tant son dégoût pour les Imparfaits était fort) va alors réaliser l'ampleur discriminatoire qu'ils subissent au quotidien. 
Son monde va s'écrouler. Les valeurs qu'elle chérissait vont se désagréger... Plus rien ne sera comme avant. 
Et si la perfection résidait dans l'imperfection ? 

Cette dystopie se démarque des autres par l'originalité de son univers. Un monde de perfection, où la moindre petite erreur est gravement sanctionnée et vous met au rebut, déchet de la société. 
Dans ce récit, l'endoctrinement est poussé à l'extrême, ce qui nous permet de faire la distinction entre fiction et réalité, de se dire que tout ceci n'est pas vrai, n'est pas possible. Mais il n'empêche que cela fait froid dans le dos. On a beau savoir que ce n'est qu'une fiction, le récit est parfois tellement dur, qu'on doit se le rappeler plusieurs fois pour ne pas trembler de la tête aux pieds. On ne peut que frémir face à ce monde totalement dépourvu d'humanité. 
J'ai été totalement emportée par ce roman. De la première à la dernière page. 
C'est entraînant, rythmé, addictif, saisissant, parfois effrayant et d'un suspense insoutenable.... 

Au départ, la mentalité formatée de l'héroïne peut surprendre. J'ai même éprouvé une certaine aversion pour elle, car il est difficilement supportable de constater sa froideur, sa déshumanisation face aux Imparfaits. Puis, au fil des pages et des rebondissements, nous voyons le changement s'opérer. Celestine commence à réfléchir par elle-même, à se poser les bonnes questions. 
Son évolution n'est pas spontanée, ce qui la rend d'autant plus crédible. Elle devient, malgré elle, le symbole d'un courage et d'une nouvelle ère. 
De personnage limite antipathique, elle devient l'Héroïne avec un grand H. Une héroïne imparfaite, qui doute et prend parfois de mauvaises décisions, mais une héroïne courageuse, déterminée et humaine. 

La plume de l'auteur est fluide, moderne et très agréable à lire. Je suis toutefois un peu déçue par la traduction, car il y a quelques grosses coquilles qui piquent les yeux, comme "devant chez ma porte"... 

En bref ? Un premier tome GÉNIAL qui a tout pour plaire ! En grande fan de dystopie, je ne peux que vous conseiller chaudement ce roman.