lundi 9 avril 2018

The Rain T2, Après l'apocalypse de Virginia Bergin

Bayard, 14 mars 2018 - Grand Format 332 pages
Disponible en eBook


Je m'appelle Ruby Morris. Je déteste la pluie.
Je vais vous dire un truc étrange au sujet des apocalypses, un truc que je ne savais pas avant d'en vivre une.
Ça a l'air assez horrible, hein ?
Faites-moi confiance...
Ça peut toujours être pire.
C'est ce qui arrive quand vous êtes seul, qu'il y a eu une apocalypse mondiale et que vous espérez l'arrivée de votre père comme il l'avait promis, mais qu'il ne se pointe pas. Alors qu'est-ce que vous allez devenir ? Et chaque jour, vous essayez de ne pas vous poser la question...
Tout va bien se passer. Ou pas...

Ce livre que j'attendais avec beaucoup d'impatience est l'une de mes plus grandes déceptions de l'année. Je misais beaucoup sur cette suite, puisque le tome 1 était passé à ça du coup cœur. Et là... je n'ai même pas envie de poursuivre ma lecture. À n'y rien comprendre. 

Tout ce que j'ai aimé dans le tome 1, je l'ai détesté ici. À commencer par Ruby, qui m'est sortie par les trous de nez. C'est très difficile de la suivre. L'adolescente immature est toujours là, mais en plus maintenant elle perd la tête. (On en serait pas moins à sa place, je vous l'accorde.) Du coup, la lire, suivre ses pensées décousues, c'est hyper dur. Et fatiguant. 
Ruby m'a épuisée, voilà. 
L'écriture est de ce fait moins fluide et plus hachurée. C'est voulu certes, mais ça n'en reste pas moins gênant. 

Deuxième point qui m'a déçue : la trame. 
Je n'aime pas du tout la direction qu'a prise le roman. Dans un sens, je ne devrais pas être surprise, mais ça me semble pourtant si grotesque. "Comme de par hasard !" voilà ce que je me suis dit. C'est trop facile et sincèrement très décevant. À l'annonce de cette révélation (qui change toute la donne au récit), j'ai toutefois poursuivi ma lecture, néanmoins, très vite, je me suis rendue à l'évidence : cette fois-ci la magie n'opérait pas, et plus je lisais, plus j'étais agacée. 

De plus tous les 💣qui remplacent les grossièretés dans le roman m'ont gonflée ! Ça casse le rythme de lecture. 

J'ai donc fini par poser le roman. Peut-être le rouvrirais-je un jour. Ou peut-être pas. Pour le moment toujours, je n'arrive pas à passer outre ce sentiment de profonde déception. J'étais tellement assurée d'aimer, je me faisais une telle joie de le lire, que j'en suis d'autant plus chagrinée. 

En bref ? Après avoir frôlé le coup de cœur lors du tome 1, je rends mon tablier dans ce deuxième et dernier volet. Dommage ! 



Cliquez l'image pour accéder à la chronique précente