lundi 9 avril 2018

Vampire Nation T2.5, Lobo de Larissa Ione

Milady, 21 mars 2018 - Poche 216 pages
Disponible en eBook

Tehya a le pouvoir de se changer en louve. Et c’est sous cette forme qu’elle a passé les douze dernières années, incapable de se retransformer après avoir été recueillie et soignée par le vampire Lobo. Ignorant sa nature, Lobo ne découvre la vérité que lorsqu’une blessure lui rend sa véritable apparence. Le désir qui les saisit est aussi enivrant qu’il est dangereux, car pour sauver la vie de Tehya, chacun devra affronter son passé…

 Ce demi-tome est savoureux et... frustrant. Si j'ai adoré replonger dans l'univers créé par Larissa Ione, j'ai quand même un goût de trop peu en refermant ce livre. C'est qu'on en voudrait bien plus !

Lobo est un vampire solitaire qui a été exclu, des années auparavant, du clan des MoonBound, dirigé par Hunter (Tome 2). Chassé à tort, et  maltraité depuis sa tendre enfance par ce clan, il ne porte pas ses membres dans son cœur. Et pourtant...
Ce sentiment d'abandon l'a pesé bien plus qu'il voudrait se l'avouer. Et c'est en recueillant une louve, différente sous bien des aspects, qu'il sort de sa dépression. Douze ans se sont écoulés et Lobo et Tehya, sa louve, sont plus unis que jamais. Un sentiment profond et indicible les lie. Alors lorsque la vie de Tehya est menacée, Lobo n'hésite pas une seconde et s'aventure en territoire MonnBound pour la sauver. Deux choses vont alors se passer : Tehya, qui n'est pas véritablement une louve, va reprendre sa forme d'origine  ; et Hunter va mettre leur tête à prix...

En écrivant le résumé j'ai eu l'impression de narrer toute l'histoire. Du moins, une bonne partie. C'est un peu le risque avec les demi tomes : c'est très court. À peine avais-je entamé ma lecture qu'elle était déjà finie. C'est vraiment ce que je regrette le plus.
Pour le reste, c'était intense, palpitant et très addictif. J'ai passé un super moment avec nos héros. J'ai apprécié de revoir Hunter et Riker, mes chouchous, et une nouvelle fois j'ai été captivée par la trame.

En bref ? Un roman qui se déguste comme un petit four. Succulent, mais bien trop petit.