samedi 12 mai 2018

Défaillances de B.A. Paris


Éditions Hugo Roman/Hugo Thriller/ Broché 400 pages
4 janvier 2018/Disponible en eBook





Tout a commencé cette nuit-là, dans la forêt.
Cassandra ne s'est pas arrêtée pour proposer son aide à la conductrice de la voiture immobilisée sur le bord de la chaussée, en plein orage.
Lorsqu'elle apprend le lendemain que la femme a été retrouvée sauvagement assassinée, Cass est assaillie par la culpabilité. Et les coups de fil anonymes qu'elle reçoit désormais chez elle ravivent son angoisse. Elle en est persuadée : quelqu'un l'a vue, ce soir-là. Quelqu'un qui continue de l'observer. Quelqu'un qui pourrait bien être l'assassin.
Pourtant ni son mari, ni sa meilleure amie ne prennent ses craintes au sérieux. Et alors que Cass elle-même commence à douter face à ses trous de mémoire de plus en plus fréquents, ses angoisses se transforment en terreur.





Un thriller psychologique addictif et plein de suspens.

Je dois avouer que le résumé de Défaillances m’a tout de suite parlé. Ces quelques lignes ont capté mon intérêt et cela à continuer de la première à la dernière page.
Le roman s’ouvre sur Cassandra – Cass –, professeure, qui quitte une soirée entre collègues pour rentrer chez elle. La météo étant capricieuse, son mari, Matt, l’appelle pour lui dire de ne pas emprunter la route qui passe par bois qu’il trouve trop dangereuse, et pour la prévenir qu’il dort dans la chambre d’amis car il a une migraine et  ne veut pas être réveillé. Cassandra obéit, mais sur les grands axes, la pluie est telle que la circulation devient compliquée et la jeune femme décide de revenir sur sa promesse et de passer par les bois. Elle manque plusieurs fois d’avoir un accident tant les conditions sont mauvaises et quand elle découvre une voiture garée sur le côté, elle se dit que le conducteur a dû avoir un problème. Elle passe devant le véhicule et croise le regard d’une femme. Cassandra décide alors de s’arrêter juste devant elle et d’attendre que la personne descende de sa voiture, mais celle-ci n’en fait rien. La professeure n’ose pas sortir pour aller voir la femme : elle est effrayée à l’idée de tomber dans un traquenard et de se faire agresser. Elle décide donc de partir, non sans culpabiliser.
Le lendemain, son mari la réveille et lui apprend qu’une femme a été retrouvée morte. La femme que Cassandra a vue la veille. Elle n’en dit pas un mot à son époux parce qu’elle ne veut pas lui avouer qu’elle ne l’a pas écouté.
L’enfer de Cass commence alors. Entre culpabilité, peur et doutes, rien ne va plus. Si elle était intervenue, la jeune femme ne se serait peut-être pas fait tuée… Mais… et si l’assassin était dans la voiture de la victime et l’avait vue ?
Cette pensée ne quitte plus l’esprit de Cass, d’autant plus que des appels anonymes se mettent à pleuvoir. Et quand elle décroche, pas un son. Puis elle apprend alors qu’elle connaissait la victime, Jane, une jeune femme avec qui elle s’était prise d’amitié. Les objets changent de place, des colis qu’elle n’a jamais commandés arrivent, des papiers qu’elle ne se souvient pas avoir remplis le sont pourtant de sa main avec son écriture, sa signature…
Et si comme sa mère, Cass était atteinte de démence ?

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman où le suspens est très présent. Même si dès les premiers chapitres j’avais ma théorie sur le pourquoi du comment – et je ne me suis pas trompée –, l’auteure a quand même réussi à me faire douter à de nombreuses reprises et pour cela, je lui dis bravo. Pendant une bonne partie du roman, je ne cessais de m’interroger sur Cassandra, sur son entourage – son mari compréhensif, dépassé par les agissements de sa femme –, sa meilleure amie, Rachel, qui est presque comme une sœur et cetera.
La fin est absolument bien menée, j’ai été ravie par la tournure que prenaient les événements mais je suis malheureusement obligée de rester très évasive pour ne pas gâcher le suspens !


Pour conclure, je frôle le coup de cœur avec ce thriller psychologique qui nous offre un très bon moment de tensions et un divertissement garanti !