samedi 26 mai 2018

Warcross [Tome 1] de Marie Lu

Pocket Jeunesse, 4 janvier 2018 - Grand Format 416 pages
Disponible en eBook

La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l'univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable 
jamais inventé : Warcross. Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l'année, elle est repérée par l'intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d'Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel...


J'ai hésité un bon moment avant de me lancer dans la lecture de ce roman. La plume de Marie Lu : je connais, avec sa trilogie Legend, et j'adore. Mes réticences n'étaient donc pas là. Mais plutôt concernant l'univers du roman... et sa couverture (Désolée, mais je ne suis pas fan du tout.) Bref, je partais donc avec de légères appréhensions, qui ont très vite été balayées par l'impulsion du récit qui, dès le départ, nous entraîne dans une course qui va à cent à heure. 

Nous plongeons dans Warcross pour n'en ressortir qu'une fois la dernière ligne de lue. C'est addictif au possible ! Les rebondissements, les révélations, les liens qui se créent... tout est fait pour nous rendre accros. 

De plus, notre héroïne, Emika Chen, ne manque pas de mordant. C'est l'héroïne badass par excellence. Cette chasseuse de prime pour qui le codage n'a aucun secret est une hackeuse de génie. C'est en piratant le célèbre jeu Warcross que sa vie va irrémédiablement changer. Hideo Tanaka, son idole de toujours et le créateur de Warcross, décide de l'embaucher pour démasquer un élément perturbateur qui menace le bon fonctionnement du grand tournoi. Cela paraît simple, sans danger, et très bien payé. Emika accepte cette mission, impatiente de s'y mettre. Aussi talentueuse qu'elle soit, elle est aussi naïve, ne comprenant pas que les enjeux sont bien plus grands qu'elle ne le soupçonne. C'est d'ailleurs ce point qui sera mon léger bémol (et encore). Si Emika  est naïve, ce n'est pas mon cas. Du moins, pas ici. J'ai immédiatement compris de quoi il en retournait et deviné les rebondissements les plus importants de l'histoire. Au résultat, je n'ai pas été surprise par le dénouement, ni par les révélations finales. Pas surprise, certes, mais contente quand même ! Je vois rarement juste, donc bon, je me suis octroyée une petite danse de la victoire en mode "j'le savais ! j'le savais!". Ça fait aussi du bien pour l'égo de deviner la trame d'un récit. 

En bref ? Une histoire palpitante ! Et malgré son côté prévisible, j'ai pris énormément de plaisir à suivre Emika, une héroïne à laquelle je me suis immédiatement attachée.