lundi 4 janvier 2016

Le visage de satan de Florent Marotta

Taurnada éditions, 7 décembre 2015, 384 pages, 
disponible au format papier ici et numérique ici




Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.


 Merci aux éditions Taurnada pour ce service presse !

Le moins que l'on puisse dire est que, pour commencer l'année, j'ai fait fort dans le genre horreur et angoisse !

Un meurtre sanglant, des jeunes femmes disparues, une secte, un dirigeant fou, et il faut bien reconnaitre qu'il l'est complètement au vu de ses actes, d'autres homicides tout aussi horribles et tout ça pour préparer l'arrivée de Satan himself !

L'histoire commence donc très fort, le résumé correspondant à la première scène du roman, je laisse la suite à votre imagination.
Nous faisons connaissance de Gino, un ancien flic, reconverti en détective privé. Gino est engagé par Sibylle  Pech, une veuve qui suspecte que la mort de son époux n'est pas naturelle.
Mais cette affaire est plus complexe que ne le laissaient penser les indices de départ et Gino va faire une plongée dans un monde où magie noire et démons ne sont pas que des mythes !
Gino a lui-même ses propres démons à combattre et la frontière est très mince entre la justice et la vengeance. 
Gino est un être tourmenté par la disparition de sa soeur et l'assassinat de ses parents. La vengeance, voilà ce qui le fait avancer dans la vie. C'est un homme, ancien alcoolique, qui ne croit plus en grand chose, il a en lui une haine et une colère qui sont toujours sur le point d'exploser et qu'il a de plus en plus de mal à maitriser, il a un esprit très cartésien ce qui lui complique son enquête où l'ésotérisme et la magie noire sont omniprésents.
Morgane, une sorcière, comme elle se définit elle-même, est celle qui apportera sa touche de savoir dans ces sciences occultes. Elle sera peut-être aussi la lumière qui permettra à Gino de sortir de ses ténèbres mais la vie nous réserve parfois de drôles de surprises.
Sibylle est une femme mystérieuse, elle a un grand talent pour manipuler les gens  et s'avère être beaucoup plus qu'une simple veuve.

Je ne vais pas m'étendre sur l'intrigue en elle-même car, comme pour tout thriller, trop en dire dessert grandement le suspense.
Ce roman est un thriller noir, très noir ! Jusqu'où peut-aller la folie d'un homme ? Peut-on tout se permettre et jouer avec la vie des gens ?
Certaines scènes ne sont pas faciles du tout. J'avoue que je n'ai pas été embarquée très rapidement dans l'intrigue. Il m'a fallu attendre une centaine de page avant de voir, enfin, le récit s'accélérer.
Et à partir de ce moment là, tout va s'enchainer dans un ballet parfaitement orchestré, nous emmenant peu à peu aux confins  de la folie, de l'horreur et du satanisme.

Une lecture grave, difficile par moment et qui nous laisse un goût amer et une interrogation qui nous trotte en tête : n'est ce qu'une fiction ?


http://www.taurnada.fr/