mercredi 17 août 2016

Poussée à bout de Christine Béchar

Editions CN Draenle, 3 août 2016, 177 pages, 
disponible au format numérique


Camille, 14 ans, déménage dans une nouvelle ville suite à la séparation de ses parents. Un nouveau départ qui n’a rien de facile. Elle parvient malgré tout à se faire des amis… mais pour combien de temps ?
Un roman sur le harcèlement scolaire et cyber.  

Merci à Christine pour ce service presse


Nous découvrons l'histoire de Camille, une adolescente de 14 ans qui, suite à la séparation de ses parents, se voit obligée de quitter sa ville natale pour une toute nouvelle vie.
Introvertie, elle a du mal à s'intégrer dans son nouveau lycée et peine à se faire des amies.
D'ailleurs, à peine y-a-t-elle mis les pieds que les chuchotements et les moqueries commencent.
Camille fait de son mieux pour les ignorer mais ces remarques lui font du mal.
Elle parvient malgré tout à se faire des "copines" et même à trouver un petit ami mais un événement va venir bouleverser son univers à l'équilibre déjà précaire et la pousser aux portes de l'enfer du harcèlement aussi bien physique que mental au coeur de son lycée et des média sociaux.

Christine aborde ici un  thème douloureux et malheureusement d'actualité :  le harcèlement en milieu scolaire.
Au travers du parcours de Camille, on se rend compte à quel point le fait d'être différents des autres, de ne pas se fondre dans un moule bien défini par je ne sais quel stupide dictat, peuvent conduire ces adolescents malmenés, humiliés à préférer mourir que de continuer à subir cet harcèlement perpétuel.

Il y a d'un côté, les tortures morales et physiques subies à l'école ou entre jeunes mais il y a aussi et surtout cette nouvelle forme de harcèlement qu'est le cyber harcèlement.
Que ce soit via Facebook ou Twitter ou que sais-je encore, tout et n'importe quoi circule sur le net. Des publications sur lesquelles la victime est identifiée et où les harceleurs se font un plaisir pervers de la dénigrer, la rabaisser, l' insulter.
Déjà fragilisée, tout cet acharnement ne fait que renforcer son mal être et conduit parfois (mais encore trop souvent) la victime  à considérer le suicide comme seule échappatoire.

Ce récit est poignant et bouleversant. Nous ne pouvons qu'assister en spectateur impuissant à cette longue et lente destruction d'un être humain qui ne voulait qu'une chose : s'intégrer et être acceptée pour ce qu'elle était et pas pour ce que les autres voulaient qu'elle soit.

La fin n'est pas heureuse. Nous la ramassons d'ailleurs de plein fouet. 
Comment faire pour lutter contre ça ? Contre la méchanceté gratuite ? Ce plaisir sadique de faire du mal en toute impunité ? 
Et on ne peut que souhaiter que nos propres enfants ne soient pas, un jour, victimes de cet harcèlement. 

http://amzn.to/2aHF3YK