dimanche 12 mars 2017

Honey Trap d'Olivia Miller

La Condamine - Fyctia, 2 mars 2017 - Grand Format 200 pages
Disponible en eBook

Riley McDean est une belle et brillante étudiante londonienne, branchée et passionnée de littérature, en couple avec un gentil garçon : tout semble sourire à cette jeune femme qui mène une existence en apparence sans vague.
Pourtant, la vie de Riley est bien plus périlleuse et exaltante qu'il n'y parait. Parce que parfois, voyez-vous, elle devient une autre: Marilyn Kane, Honeytrap, payée pour séduire des hommes mariés. Et cette double vie d'étudiante et de femme fatale lui convient parfaitement... Jusqu'au jour où on lui confie un dossier un peu particulier.
Lui, c'est Crawford Holloway, le dossier 418. Il est en couple, beau, très beau même. Sûr de lui, intelligent, malicieux, féru de littérature et sportif, Crawford est tout à fait le type d'homme qui plaît à Marilyn Kane. Mais il reste un dossier, un simple dossier à traiter. Et ça, Marilyn Kane ne doit pas l'oublier...

Exceptionnellement, je ne vais pas revenir sur le résumé de cette histoire, je trouve celui de l'éditeur franchement réussi. Non seulement il est alléchant, mais donne une envie irrépressible de plonger dans ce roman. 

Nous suivons donc, par une narration externe, Riley McDean, une jeune étudiante qui mène une vie tranquille et paisible comme tant d'autres. Mais qui revêt également, pour son travail de Honeytrap, une autre identité : Marilyne Kane. Une jeune femme sulfureuse et sexy, dont le job est de séduire les hommes mariés ou en couple pour tester leur fidélité. Tordu ? Oui, complètement. C'est un procédé glauque (qui existe vraiment) et en même temps tellement génial, enfin, pour en faire un roman ! 

Je trouve l'idée de départ absolument géniale ! Pour moi, l'auteure avait de l'or dans les mains avec cette trame, qui est super bien trouvée. 
Malheureusement, je n'ai pas du tout adhéré au style narratif de ce roman. Le récit est bien écrit, certes, mais bien trop impersonnel. 
J'ai eu l'impression tout au long de ma lecture qu'un journaliste nous rapportait les faits. Intéressant, parfois passionnant, mais vide. Sans âme. Sans émotion. Et c'est là où le bât blesse. 
Et ce sentiment est accentué par un mauvais équilibre entre le discours narratif et les dialogues. Le manque de dialogues se fait cruellement sentir (gros bémol pour moi !)

Malgré tout, j'ai poursuivi ma lecture, non pas par curiosité (cela va bien au-delà) mais par envie. D'une certaine façon, j'ai été happée par le récit qui, il faut le reconnaître, crée une addiction chez le lecteur. Que l'on aime le style narratif ou pas, l'histoire est bien menée, entraînante et, avant d'avoir eu le temps de dire ouf, on se rend compte que l'on a englouti ce récit. 

En bref ? Un avis très mitigé pour Honey Trap. J'ai aimé et pas aimé en même temps. Je le classe donc dans mes lectures plaisantes, mais c'est un tout petit plaisant 😉