jeudi 4 août 2016

Royal Saga T2, Captive-moi de Geneva Lee

Hugo Roman, 09 juin 2016 - Grand Format 350 pages
Disponible en eBook



Je lui ai donné mon corps et il a pris mon âme. " 
Alexander a le monde à ses pieds et j'étais à genoux devant lui, jusqu'à ce que nos secrets déchirent notre couple.
Je devrais garder mes distances. Je devrais partir en courant.
Mais je suis accro... à sa présence, au plaisir qu'il me procure, mais aussi à la douleur.
Il m'avait prévenue, je connaissais son côté sombre, son passé. Mais moi aussi, j'ai ma part d'ombre. Ensemble, nous vaincrons nos démons... si avant, nous ne nous détruisons pas.
Clara Bishop a le cœur brisé de sa séparation avec Alexander, le Prince de Cambridge. Elle se réfugie dans le travail sans pouvoir l'oublier, mais il lui est impossible de vivre pleinement sans lui. 
Quant elle découvre qu'Alexander cherche à la retrouver, elle se décide à accepter une relation avec lui, quelle qu'elle soit, car elle ne peut vivre sans lui. Mais accepter de vivre avec Alexander, c'est accepter de lutter contre ses démons, accepter sa domination, ses secrets, à moins que... 
Dévorés par leur brûlante passion érotique, chavirés par les sentiments qu'ils n'osent s'avouer, pourchassés par les paparazzi et leur sombre passé, empêchés par la famille royale, Clara et Alexander vont-ils pouvoir surmonter tous ces obstacles ? 
Heureusement il y a l'amitié de Belle, la meilleure amie de Clara et le charisme d'Edward, le jeune frère d'Alexander pour aider Clara dans son entreprise : faire admettre à Alexander qu'elle est son équilibre et que rien n'est plus important que leur couple, même ses obligations familiales. 
Les doutes et la culpabilité d'Alexander seront-ils terrassés par l'amour et la ténacité de Clara ? 

**Merci aux Éditions Hugo Roman pour cette lecture**

J'avais déjà émis quelques réserves concernant le tome précédent en raison de sa ressemblance, un peu trop flagrante, avec une autre série très connue. J'espérais que ce nouveau volet prendrait une tournure différente et enlèverait cette sensation de déjà-vu, et je dois dire que c'est un peu le cas. Je n'ai pas forcément ressenti autant de similitudes avec Fifty Shades, malgré tout, ce tome est, pour moi,  pire que le précédent ! 

Ce qui me gêne ? Quasiment tout en fait. 
Je ne parle pas de la forme, ce roman est bien écrit et la plume de l'auteur rend même ce récit, d'une certaine façon, entraînant et addictif. Même si j'ai détesté l'histoire, je n'ai pas vu les pages défiler. Alors j'imagine que pour ceux qui aiment ce genre de romance, ça doit être un kiff total. 
Pour ma part, le simple fait d'aimer l'écriture de l'auteur ne suffit pas à me faire prendre du plaisir... malheureusement
Donc, pour revenir sur ce qui ne m'a pas plu, bah c'est assez simple, je dirai tout le reste. 
Cette histoire est clichée au possible. Tous les stéréotypes sont réunis, que ce soit dans la trame ou les personnages. 
Alexander est une dominant en "carton", soit-disant amateur de BDSM mais il ne se comporte pas du tout en tant que tel. Toutes les scènes où l'auteur aborde la face (prétendument) sombre d'Alexander sonnent faux. C'est vraiment très mal abordé et, de mon avis, l'auteur manque de connaissances dans ce domaine. Surfer sur la vague, c'est bien, encore faut-il avoir suffisamment de maîtrise pour le faire. 
Même les scènes de sexe ne m'ont pas charmée. Elles sont vulgaires et trop nombreuses. 

Et dernier point qui me chagrine vachement, si si, c'est le petit sobriquet "Mon chou" qu'Alexander emploi tout le temps. 
*prend la voix de Christina Candula* 

"Ça ne va pas du tout mon chéri !!" 
Déjà, je me rends compte en le lisant que "mon chou" c'est moche. Dire comme petit nom "mon chou" à une fille, bouh, cela fait très condescendant ! Mais en plus "mon chou" c'est LE petit nom que je donne à mon fils ! Vous n'imaginez pas à quel point c'est perturbant de l'entendre lors de scènes de sexe... Je suis encore traumatisée lol. 

En bref ? Je lirai le tome 3, histoire de finir la saga, mais ce n'est vraiment pas une série pour moi. 
Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente