mercredi 3 août 2016

Seduced in the dark [tome 2] de C.J Roberts

Pygmalion, 08 juin 2016 - Grand Format 500 pages
Disponible en eBook


Je sais que l'on m'observe. Il y a toujours quelqu'un. Quelqu'un qui essaie de me faire manger. C'est une femme. Elle me dit son nom, mais ça m'est égal. Elle ne m'intéresse pas. Rien ni personne ne m'intéresse vraiment. Il y a toujours quelqu'un qui m'observe. Toujours. Je veux partir d'ici, Je ne suis pas malade. Si Caleb était là, je sortirais sur mes deux pieds, heureuse, souriante, complète. Mais il est parti. Et ils ne me laissent pas le pleurer

**Merci à Fanny et aux Éditions Pygmalion pour ce roman**

Le premier volet de ce récit était une première pour moi dans ce genre. Une très bonne découverte, sans être pour autant un coup de cœur. Si j'appréhendais cette histoire pour le côté pervers et quelque part malsain de cette romance, j'ai su passer outre et profiter pleinement de ma lecture. Avec ce nouveau tome, il en est tout autrement... CE TOME EST UNE PETITE PÉPITE !

Alors oui, il y a toujours ce côté voyeur malsain, à aimer ce qu'on ne devrait pas, à être émoustillée (et vachement en plus !) par une relation qui, à la base, est quand même forcée. Donc oui, c'est malsain, mais il faut dire aussi que Livvie nous transmet ses émotions, toutes ses émotions ! La peur, la colère, l'impuissance, mais aussi des sentiments comme l'amour, le désir, l’excitation. Elle raconte son récit avec tellement de passion, que l'on vit tous ces événements. De plus, le fait d'avoir inséré Matthew (l'inspecteur) dans l'histoire, nous déculpabilise aussi. Car, lui  aussi a cette sensation d'être pervers, voyeur, qui s'excite de son malheur. Or, bien évidemment, ce n'est pas ça du tout. 
C'est juste que les émotions sont exacerbées... Nous les ressentons toutes puissance 1000, nous vivons ce que Livvie vit, nous subissons avec elle et, bien plus encore, nous succombons en même temps qu'elle au charme de Caleb. 

Caleb est un être détraqué. Pas le genre bad boy tatoué qui au final s'avère être un garçon charmant au grand cœur. Non, lui, il est vraiment déglingué. Il tue, violente, viole sans aucun état d'âme. 
Il ne devrait y avoir aucune compassion pour lui. Sauf que la logique du cœur est différente de celle de l'esprit. Et ce que notre cœur nous dit ici, c'est que Caleb est le plus détruit d'entre tous. Cassé, détraqué oui, mais peut-être aussi réparable. 
"On ne naît pas monstre; on le devient"... Caleb en est la représentation même. Son passé, ses souffrances (terribles !!) ont engendré un monstre. Il est devenu une machine faite pour détruire et manipuler... C'est son rôle, son "travail". 
"C'est une technique que je pratique de longue date - manipuler les gens pour obtenir ce que je veux. C'est pour ça que tu crois m'aimer. Parce que je t'ai brisée et reconstruite précisément dans ce but. Ce n'était pas un accident. Quand tout cela sera derrière toi... tu t'en apercevras." 
Livvie, la douce et pure Livvie, est la seule qui voit au-delà son image de tortionnaire. Si au départ, ce qu'elle ressent pour Caleb est dû au syndrome de Stockholm, une volonté de la part de Caleb, au fil de la lecture, le doute s'immisce... Et si c'était bien plus que cela ? Et si c'était autre chose ? 
Difficile de démêler des sentiments aussi confus après une expérience aussi traumatisante. On se pose beaucoup de questions sur la santé mentale de Livvie, du moins dans la première partie du récit. Car au fil des pages, Livvie nous dévoile son histoire, ce qui s'est exactement passé entre son hospitalisation, sa rencontre avec l'inspecteur Matthew Reece et sa captivité dans la villa du fameux Felipe où elle a été prisonnière et esclave durant plusieurs mois auprès de Caleb... Et attention, ce qu'elle a vécu est moche, très moche ! Âmes sensibles s'abstenir ! Voir comment Caleb réussit à la détruire, à l'avilir totalement, fait mal au cœur et certains passages sont particulièrement durs. 
Malgré tout, par-delà l'horreur, il y a autre chose. De fragile, d'incertain au départ, mais qui finit comme une évidence. Car il faut le souligner tout de même, ce livre n'est pas un témoignage mais bel et bien une fiction romancée. Donc, de cette tragédie, c'est l'amour qui en ressort. Et dans un contexte aussi difficile et inapproprié, voir comment l'auteure amène cette idylle est juste magnifique. C'est tangible, réaliste et on ne doute pas une minute de la véracité de leur amour. 

En dehors de cette incroyable histoire d'amour - tordue certes, mais extraordinaire tout de même - il y a aussi une véritable intrigue qui nous captive de bout en bout. Tout à l'image de ce roman, elle est glauque au possible. C'est violent, éprouvant psychologiquement car très réaliste ! Nous plongeons dans une enquête qui met en lumière tout un réseau d'esclaves sexuel(le)s, de meurtres, de drogues, etc... 
Il y a également dans ce tome des révélations fracassantes !! Qui sont comme de violents uppercuts et nous laissent sonnés et à bout de souffle. 

Donc, pour tout ça et bien plus encore, ce roman est un énorme coup de cœur. Le premier Dark romance que je lis, mais certainement pas le dernier ! 

En bref ? Ce roman n'est pas à mettre entre toutes les mains, mais chanceuses sont les mains qui le détiennent ! 


Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente


1 commentaire:

  1. Tu me donnes envie de le découvrir, je suis curieuse mtnt :D

    RépondreSupprimer