jeudi 8 juin 2017

Le sang des Dieux et des Rois - livre II de Eleanor Herman

Collection R, 13 avril 2017 - Grand Format 384 pages
Disponible en eBook

Magie sanguinaire, amours interdites et soif de vengeance : ni les dieux ni les rois ne sont à l'abri de la folie des hommes. 
Sorti victorieux de sa première bataille, le prince Alexandre se fait violence pour devenir le chef dont son royaume a besoin.
Héphestion, temporairement écarté du pouvoir et envoyé en Égypte avec Katerina, doit la protéger d'une terrible prophétie.
Déterminé à faire une croix sur son premier amour, Jacob le guerrier s'est promis d'éradiquer la Magie de Sang et cherche l'aide de Cyané, qui croupit dans les geôles royales.
La princesse persane Zofia, enfin, qui poursuit sa quête des Dévoreurs d'Âmes, devra d'abord démêler les noirs secrets de son séduisant mais funeste ravisseur...
Le deuxième livre du Sang des dieux et des rois, la saga historico-fantasy bientôt adaptée par Warner Bros en série TV

Que serait la terre si les dieux de la mythologie existaient ? S'ils étaient descendus sur terre en se mêlant aux humains, s'unissant à eux ? S'ils avaient laissé derrière eux une part de leur magie ? 

C'est dans cet univers qu'évolue la saga Le sang des Dieux et des Rois. 
Un monde de violence et de barbarie, balayé par des guerres incessantes et des luttes de pouvoir, où certains cherchent à s'accaparer la Magie de Sang et d'autres à l'éradiquer, où complots et trahisons  sont au cœur de terribles machinations. 

Comme pour le précédent volet, nous suivons plusieurs personnages (en narration externe) : 
Alexandre, héritier du trône de Macédoine (l'une des plus grandes puissances) qui, en l'absence de son père, doit diriger le royaume. Mais un traître se cache parmi eux et Alexandre devra non seulement le débusquer au plus vite, mais aussi montrer l'exemple et faire preuve d'intransigeance. Pour cela, il n'hésite pas à utiliser sa Magie de Sang Serpent, mais est-elle fiable ?  
Heph et Kat, quant à eux, sont missionnés en Égypte pour une quête des plus périlleuses, où leur destination finale les plongera dans un terrible cauchemar... 
Cyn, elle, s'est faite capturer par les Perses et depuis, elle subit d'affreuses tortures pour déterminer si elle possède ou non de la Magie de Sang...
Jacob a choisi son camp : les Perses. Il est maintenant l'ennemi officiel de Kat, sa bien-aimée, et est assigné à la surveillance de Cyn...
Zofia, quant à elle, est toujours la prisonnière d'Ochos. Leurs relations sont de plus en plus tendues, la méfiance est de mise, ainsi qu'un autre sentiment, bien plus confus...

Je suis une nouvelle fois sous le charme de cet univers, follement riche et divinement travaillé, qui allie à la perfection la romance, la magie, les guerres et complots en tous genres. 

J'ai été très agréablement surprise par Heph, personnage que je n'appréciais pas outre mesure dans le tome 1, et qui, là, m'a complètement fait fondre. Les épreuves qu'il a subi l'ont transformé et l'être imbu de lui-même n'est plus. J'ai adoré sa relation avec Kat et suivre son évolution.

Après, chaque protagoniste que nous suivons nous entraîne dans un déferlement de rebondissements ou d'actions ou encore de révélations. Nous sommes sur tous les fronts avec ces multiples histoires qui s'entremêlent et donnent une dynamique au récit. 
Ce n'est pas (encore) un coup de cœur, mais presque. Plus, je progresse dans la série et plus je prends du plaisir à suivre tous nos héros et à plonger dans cet univers si particulier (qui n'est pas sans rappeler celui du Dernier Royaume de Morgan Rodhes, dont je suis fan également). 

En lisant le résumé de l'éditeur, je viens d'apprendre que Le Sang des Dieux et des Rois sera adapté en série télévisée, ce qui est pour ma part une excellente nouvelle !

En bref ? Des rebondissements, de l'action, de la magie, de la romance, des luttes, des complots, des trahisons, des mensonges, de l'amour, de l'amitié, de l'horreur, de l'espoir... un univers captivant et un véritable page turner, passionnant et attractif, pour cette magnifique saga. 



Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente